La MMT en atelier : améliorer la productivité d’une entreprise

Dans un environnement concurrentiel actuel, les machines de mesure tridimensionnelles ou MMT sont aujourd’hui devenues incontournables dans tous les secteurs où un contrôle dimensionnel précis des pièces fabriquées est nécessaire. Mais de quoi s’agit-il réellement ? Quelle est sa véritable utilité et comment choisir parmi les modèles disponibles sur le marché ? Trouvez des éléments de réponse dans cet article.

La MMT : qu’est-ce que c’est et comment fonctionne-t-elle ?

La machine de mesure tridimensionnelle, aussi appelée MMT, est une machine polyvalente conçue pour contrôler et prendre avec précision la mesure de tous types de pièces, et ce, quelles que soient leurs tailles et leurs formes. D’une précision de l’ordre du dixième ou centième de micromètre, elle remplace aujourd’hui dans de nombreuses usines les instruments classiques de mesure à main comme le comparateur, le micromètre, les pieds à coulisse ou encore les colonnes de mesure.

La MMT permet également d’effectuer des mesures en 3D des dimensions qui autrement seraient incontrôlables. Elle peut ainsi reconstituer la forme d’une pièce en 3D et évaluer sa conformité par rapport à un modèle numérique. Outil de modélisation par excellence, elle peut aussi être utilisée dans le cadre d’une rétroconception afin par exemple, de reconstituer un moule à partir d’une pièce existante. Elle peut prendre en compte de nombreux critères tels que les contours, les dimensions, les soudures, les alésages…

Une MMT se compose essentiellement de 3 axes linéaires sur lesquels un palpeur de déplace. C’est ce palpeur qui est en charge de prendre les mesures d’une pièce donnée. Les différents modèles disponibles actuellement sur le marché disposent pour la plupart d’amortisseurs servant à limiter les vibrations qui peuvent interférer avec les mesures. Pour une précision optimale, certains sont également pourvus de stylets résistants à la déformation thermique.

Pouvant aller de quelques minutes à quelques heures, le temps de mesure varie en fonction des pièces à mesurer, de la technologie utilisée et de la précision. Il est ainsi important de bien prendre en compte ce paramètre selon le nombre de pièces à contrôler. Il existe par ailleurs des MMT qui peuvent mesurer directement sur la ligne de production pour les pièces peu complexes.

Ayant un certain coût, une MMT peut toutefois avoir une durée de vie pouvant aller jusqu’à plusieurs dizaines d’années lorsqu’elle fonctionne régulièrement et est bien entretenue. Elle doit également faire l’objet d’une vérification de l’étalonnage et d’une maintenance préventive annuelles afin de conserver une fluidité de mouvement. Le logiciel de pilotage quant à lui peut être mis à jour continuellement pour améliorer les performances et la précision du MMT.

Quel est l’intérêt d’utiliser une MMT ?

Dans le cadre de la fabrication de pièces mécaniques, il est possible de gagner en productivité lors de certaines phases bien précises à savoir l’usinage, la manutention et le contrôle. Si l’usinage est aujourd’hui optimisé et la manutention automatisée, le contrôle est encore bien trop négligé, car il est encore considéré comme une opération dont la valeur ajoutée se justifie difficilement dans les investissements.

Pour améliorer cette phase de contrôle, certains font désormais le choix de s’équiper en MMT. Plus flexible et nettement plus puissante en termes de calcul que les équipements de contrôle pour la mesure de type bord de ligne (comparateurs, multicotes…), la MMT est depuis plusieurs années de plus en plus prisée par les usines qui souhaitent améliorer leur cycle de production. Et pour cause, elle permet de simplifier et d’accélérer considérablement la production.

En effet, elle réduit significativement le temps de mesure des pièces, même celui des plus complexes. Avec l’arrivée sur le marché des nouvelles générations de MMT capables de mesurer directement sur la ligne de production, ce temps est d’autant plus réduit. Or, qui dit gain de temps, dit aussi gain de productivité.

Par ailleurs, la grande précision de la MMT permet d’optimiser le contrôle en identifiant sur le site de production, autrement dit en atelier, les erreurs de fabrication des pièces. Dans les meilleurs cas de figure, elle permet même d’éviter toute erreur. Elle permet donc de s’assurer de la qualité des pièces usinées tant qu’elles sont encore en atelier.

Quels sont les différents types de MMT disponibles actuellement sur le marché ?

Il existe actuellement sur le commerce différents types de MMT. On distingue principalement deux grandes catégories : les MMT par contact et celles sans contact.

Les MMT par contact

Il s’agit des MMT les plus courantes. Elles sont appelées ainsi parce qu’une bille placée à l’extrémité d’un stylet effectue un « scanning », c’est-à-dire touche en continu la pièce point par point. À chaque fois que le stylet est en contact avec la pièce, il détecte toutes les irrégularités de la surface de celle-ci ainsi que ses limites et émet ensuite un signal. La MMT peut ainsi restituer une image numérique de l’intégralité de la surface de la pièce au travers d’un ensemble de nuages de points.

Il existe différents types de stylets, mais le choix dépendra surtout du type ainsi que de la forme et des dimensions des pièces à traiter. Il faudra par exemple privilégier un stylet suffisamment long pour des pièces dotées de trous. Par contre, ce type de stylet ne conviendra pas aux pièces qui ont une surface plane. De même, les billes existent également dans différentes formes et matières. Et là encore, le choix sera fonction des pièces à traiter.

Les MMT sans contact

Les MMT interviennent lorsque les pièces sont trop grandes ou trop fragiles. Pour faire leur calcul, elles peuvent s’appuyer sur :

  • Une caméra chargée de photographier la pièce en question, on parle alors de MMT optique.
  • La réflexion d’un laser sur la surface de la pièce. Dans ce cas, on parle de MMT laser.

Ces types de MMT sont moins précis que les MMT par contact, mais pour améliorer leur précision, elles peuvent très bien être complémentaires.

On distingue également la tomographie par rayons X qui permet d’effectuer des mesures à l’intérieur d’une pièce et de déceler d’éventuels défauts dans la matière.